Le blog de Latitudes-B.I


Tendances et marché B.I.Thématiques fonctionnelles
 
... Le "in memory" ... toujours en encorevendredi 2 avril 2010 00:00:00

HSQL, une base de données open source,  embarquée,  compatible SQL92 et offrant des possibilités de travail en mémoire est disponible en téléchargement. Elle est utilisée par de grands éditeurs de base de données commerciales (voir cet article ici).

La connexion à la base de données s'effectue via un pilote Jdbc fourni dans le package. Une version Odbc est en préparation...

 
... Le "in memory" ... la suitelundi 8 mars 2010 00:00:00

Existerait-il une défiance de la part des grandes entreprises vis à vis de la technologie 'In memory' ?
L'importance de la volumétrie, la liberté laissée à l'utilisateur pour manipuler ses données et les interpréter,  constituent-ils un frein à l'adoption de cette technologie ? 
Ce que nous constatons en effet sur le terrain, ce sont des déploiements départementaux, dédiés à une fonction précise.

La technologie 'In memory' peut en effet, se concevoir à deux niveaux :

1°) Les données sont chargées depuis la/les sources de données sur la mémoire du serveur d'application et peuvent ensuite être restituées à la demande sur le poste client. Elles sont stockées et agencées selon un schéma propriétaire. L'avantage réside bien entendu, dans les temps de réponse extrêmement courts procurés par la lecture en mémoire lors des associations, sélections, rafraichissements, filtrages, déplacements... aux dépends du temps de chargement initial.
L'interface utilisateur final est dans ce cas spécifique à la solution, et procure une importante liberté à l'utilisateur final. 

2°) Les données sont prises en charges par le serveur de données, et chargées en mémoire par celui-ci. La mémoire constituant ici une 'extension' du serveur de données, directement et nativement prise en charge par celui-ci. Cette méthode permet également des temps d'accès courts, mais avec une connectivité standardisée (Odbc, Jdbc) ainsi que le privilège de conserver l'application frontale d'entreprise et ses prérogatives structurantes. 

C'est dans la première catégorie que s'illustrent les outils dits 'In memory' actuels.
Utilisées principalement dans des fonctions financières ou marketing par des utilisateurs avancés qui sélectionnent et manipulent des plages de données, elles restent inadaptées à des applications globales de reporting d'entreprise distribuant tableaux de pilotage et rapports personnalisés à des groupes d'utilisateurs internes et externes à l'organisation.
Latitudes-B.I a, depuis le début de son existence, adopté l'interrogation directe des sources de données tirant ainsi parti de l'existant d'une part. et valorisant le rôle de chaque tier dans le cadre d'une architecture distribuée : les données sont rendues disponibles par le serveur de données dans un format ouvert et standardisé, le serveur d'application met en œuvre son moteur pour permettre toute sélection et mise en forme dynamique sans aucune altération de la source de données, le client restitue la sélection mise en forme dans une page web de quelques Ko.
 
... L'avènement du "in memory"lundi 1 mars 2010 00:00:00

Un confrère  ".. à la croissance la plus rapide du monde..."  présentait il y a quelque temps, une solution de restitution basée sur un chargement préalable des données en mémoire dans un format propriétaire. Il permettait à l'issue, des temps d'accès très inférieurs aux temps d'accès classiques sur disque.
Les éditeurs de bases de données ont repris cette technologie baptisée 'In memory' , et permettent à un administrateur de créer sa base en mémoire : TimesTen, acquis par Oracle en 2005, Sybase ASE, ...     Voir cet article pour plus de précisions

Cela soulève cependant une question de fond : si les bases de données proposent un stockage 'In memory' accessible via une connectivité standardisée, Quid des solutions commerciales d'analyse  'In memory' ?

 
... Recherche d'un outil de reporting et de consolidation pour PMEjeudi 25 février 2010 14:22:31

Un site de référence en matière de Business Intelligence, publiait récemment cette annonce sur son forum.

La première réflexion qu'inspire cette annonce réside dans le manque manifeste de réponses : 2 candidats en tout et pour tout pour répondre à Adrien... Quelques années auparavant, une manne de postulants se seraient manifestés, tous plus fervents les uns que les autres.
Preuve en est, cette discussion,
Alors, 3 années plus tard ? Marché mature, manque d'intérêt pour le projet cité, désaffection du forum ?

Ensuite, devant l'importance de la problématique d'Adrien, il est surprenant de constater le manque de sérieux des réponses apportées : sur un projet aussi important que la consolidation de données financières exprimées dans des référentiels géographiquement distants et différents, on  apporte une réponse légère basée sur un tableau croisé dynamique, sans tenir compte des  problématiques préalables à la mise en œuvre : base de données intermédiaire de consolidation et d'historisation, mise en conformité et qualité des données, architecture technique...